L’ABC de l’ensilage de maïs

Le maïs ensilage est un aliment d’intérêt en production laitière, autant d’un point de vue alimentaire que pour maintenir une régie de culture assez simple : bon rendement à un coût moindre, facilité de production et une seule récolte par an.

Cependant, comme c’est le cas avec les autres types de fourrages, des petits détails dans la régie peuvent avoir des effets importants sur la qualité finale du produit et ultimement, sur la santé du troupeau. Voici donc quelques conseils pour réussir un ensilage de qualité.

Le choix de l’hybride
L’utilisation d’ensilage de maïs comme ingrédient principal ou secondaire dans la ration influence grandement cette décision. Il y a plusieurs options disponibles sur le marché, autant dans le maïs deux-fins que dans le maïs de type feuillu ou feuillu farineux.

Le maïs deux-fins est un hybride destiné à la production de grains, mais qui possède des caractéristiques agronomiques intéressantes, comme la hauteur du plant, pour sa récolte en ensilage.

Le maïs feuillu se distingue par des caractéristiques agronomiques qui lui sont propres, dont la principale est la production de biomasse. C’est pour cela qu’il a un rendement supérieur au maïs-grain lorsque celui-ci est ensilé. Les types feuillus ont une génétique différente des hybrides destinés à faire du grain. La différence majeure se situe au niveau de la maturité. Le plant et le grain atteignent leur maturité dans la même fenêtre comparativement au maïs deux-fins dont le plant sèche plus rapidement que le grain. Cela a un impact direct sur la digestibilité. Les caractéristiques recherchées pour du rendement et de la qualité sont : un plant de grande taille, avec des feuilles larges et plus nombreuses, une tige fine, de longs épis flexibles avec une petite rafle et de longs grains dentés. Une autre caractéristique à ne pas oublier est la hauteur de l’épi sur la tige. Les tiges et les feuilles situées en haut de l’épi contiennent moins de lignine et sont donc plus digestibles. Le plant doit avoir une bonne santé et une verdeur tardive.

Pour ce qui est du maïs feuillu farineux, il possède les mêmes caractéristiques avantageuses que le feuillu, mais avec un petit plus pour le grain. L’amidon de ce type de maïs a une structure différente, ce qui le rend plus facile à casser et aussi plus facile à digérer.

Le moment idéal de récolte
Il est recommandé de récolter lorsque les plants ont entre 32% et 40% de matière sèche (M.S.) selon le type d’entreposage. Si le taux de matière sèche est inférieur à 30%, le silo risque de couler. Cela entraîne une perte de nutriments ainsi qu’un possible changement d’odeur et de goût qui rend l’ensilage moins appétent. Lorsque le taux de M.S. dépasse 40%, la qualité et l’intégrité de l’ensilage sont compromises. La digestibilité de l’amidon et de la fibre sera réduite. Il sera plus difficile de compacter l’ensilage puisque celui-ci sera plus léger et sa coupe sera moins uniforme. Cela peut entraîner la formation de poches d’air qui favorisent le développement de moisissures et qui augmentent les risques de chauffage (ou élévation de température).

La hauteur de coupe
Idéalement, les plants doivent être coupés à 23 cm (9 pouces) du sol, et jamais en bas de 15 cm (6 pouces). Une coupe plus haute réduit le rendement, mais comporte des avantages :

• Récolte plus hâtive puisque le plant sèche de haut en bas (la base de la plante est toujours plus humide) ;

• Meilleure valeur nutritionnelle ( le haut du plant est plus digestible) ;

• Lorsque la ration est bien balancée, possibilité de réduire les apports de grains et de concentrés aux vaches (meilleure valorisation des fourrages).

L’ajustement des rouleaux craqueurs
(Si l’ensileuse est dotée de rouleaux craqueurs)
Souvent oublié par les producteurs, cet ajustement joue pour beaucoup sur la digestibilité de l’amidon. Plus le taux de M.S. est élevé, ou plus le grain est dur, plus il faut rapprocher les rouleaux craqueurs.

La longueur de coupe
En général, la longueur de coupe se situe entre 1,3 cm (½ po) et 2 cm (¾ de po). Lorsque l’ensilage a plus de 40% de M.S., il faut hacher plus court pour permettre un meilleur tassement et réduire les effets négatifs d’un ensilage trop mature.

L’utilisation d’un inoculant à fourrage
L’utilisation d’inoculant à base de bactéries, comme le Magniva Titanium, peut améliorer la qualité de la fermentation des fourrages. Ces produits accélèrent la baisse du pH, ce qui permet de stabiliser l’ensilage plus rapidement. Ils empêchent également le développement d’entérobactéries et de clostridium qui sont néfastes pour les vaches, réduisent la protéloyse (dégradation des protéines) et les pertes de matières sèches.

La compaction
Ce point de régie est l’un des plus importants pour assurer une bonne conservation, surtout pour les producteurs ayant des silos couloirs (bunker) ou des meules. La répartition uniforme de l’ensilage permet d’avoir une fermentation homogène. Plus l’ensilage est sec plus il doit être compacté.

Entre le choix de l’hybride et la récolte de l’ensilage, certains éléments de régie vous permettront également de maximiser la qualité de la culture. L’utilisation d’un fongicide, entre autres, peut s’avérer bénéfique s’il y a un historique de maladies ou des conditions propices à leur développement. Appliqué autour de la sortie des croix, le fongicide protège l’épi contre des maladies comme la fusariose, et diminue du même coup le risque de développement de moisissures qui entraînent à leur tour la production de toxines. Certains produits protègent également contre les maladies foliaires et permettent de maintenir un feuillage vert et en santé plus longtemps, pour une meilleure qualité d’ensilage.

Les vaches, leur santé et leur productivité, sont les piliers des entreprises laitières performantes. Elles méritent une alimentation de qualité. Pour en savoir plus sur les choix de semences que le réseau Agrocentre a pour vous, consultez votre conseiller sans tarder !


Les impacts d’un mauvais départ

L’agriculture est un beau métier ! Les saisons se suivent et le cycle se répète, mais pourtant, chaque année est


Les avantages du seigle hybride

L’introduction depuis quelques années du seigle hybride au Québec a complètement bouleversé la popularité de cette


Les épandages d’automne

Chers Lecteurs, Connaissez-vous l’histoire de l’homme, qui a vu l’homme, qui a vu… le voisin épandre du lisier sur la


Le chaulage pour améliorer les saturations en Ca et en K

Le chaulage est une étape essentielle pour maintenir vos sols en santé et obtenir une bonne productivité. On ne le


Tour d’horizon des maladies du maïs

Deux, trois, quatre, cinq… plus ça va, plus on a l’impression de multiplier les interventions dans les champs.


Les céréales toujours d’actualité

Des fois on se demande si ce n’est qu’un sujet épuisé, mais on persiste à dire qu’à force de répéter, nous allons finir


Portez-vous la même attention à-votre soya qu’à votre maïs ? Le moment est venu de se poser les bonnes questions

Le printemps 2021 nous a tous permis de constater qu’il valait la peine de traiter sa culture de soya aux petits


Une nouvelle dimension de la protection contre les maladies

Aucune quantité de Pythium ou de Phytophthora dans votre champ n’est « sans danger » pour la santé de votre culture de


À l’écoute de vos besoins

CROPLAN a écouté les agriculteurs Québécois et nous avons décidé d’élargir notre offre de semence traité au fongicide dans


De la performance appuyée par-des technologies de pointe

Chaque année, Semences PRIDE apporte de nouveaux hybrides de maïs et de nouvelles variétés de soya sur le marché


Les traitements de semences insecticides

Les pesticides utilisés en milieu agricole ont fait couler beaucoup d’encre au cours des dernières années. Parmi les