Est-ce que nos sols s’appauvrissent ?

En vigueur depuis juin 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) exige entre autres que chaque parcelle cultivée soit analysée au moins une fois par 5 ans. Après 20 ans, et donc 4 campagnes d'échantillonnage plus tard (minimum), vous êtes vous déjà attardés à voir comment la teneur en éléments fertilisants de vos sols évolue ?

Les analyses de sol donnent une indication sur la capacité du sol à fournir aux cultures les nutriments dont elles ont besoin ; elles reflètent à la fois leur origine géologique et les impacts de la gestion qu'en font les exploitants. Les tendances observées dans l'évolution de ces analyses sont un indicateur d'une saine gestion des nutriments.

Plant Nutrition Canada et the Foundation for Agronomic Research, avec la participation de plusieurs laboratoires publics et privés, ont produit en 2020 un sommaire de la richesse des sols en Amérique du Nord. Il s'agit du 12e rapport de ce genre, produit successivement par 3 institutions différentes depuis la fin des années 1960. Le dernier datait de 2015.

Selon les données publiées dans le rapport de 2020, 61% des analyses de sol obtenues pour le Québec montrent des niveaux de phosphore inférieurs à la teneur optimale (établie à 136 kg/ha dans cette étude), un chiffre assez stable depuis 2015. Au niveau du potassium, ce sont 70% des échantillons qui présentaient un niveau moins qu'optimal (sous 320 kg/ha) en 2020, une légère augmentation depuis 2015, ce qui démontre que la richesse en potassium des sols ne tend pas à augmenter. C'est d'ailleurs la tendance générale pour l'Amérique du Nord, d'observer une diminution du nombre d'échantillons riches ou très riches en potassium, d'un rapport à l'autre depuis 2001. Le sommaire de 2020 est le premier à considérer la teneur en matière organique des sols. L'évolution dans le temps n'est donc pas disponible, mais les données actuelles indiquent qu'une bonne proportion des sols québécois échantillonnés contiennent entre 3.1 et 5.5% de matière organique (m.o.), avec toutefois 13.4% des échantillons qui proviennent de sols en contenant moins de 3% .

À l'échelle de votre ferme, il est intéressant de faire ce même exercice d'analyse de l'évolution de vos sols, afin d'ajuster la fertilisation en conséquence. La gestion des éléments nutritifs devrait prendre en compte les objectifs de gestion et les besoins de chaque champ, ou même de chaque zone à l'intérieur des champs. 

Référence : https://soiltest.tfi.org/


Pour y voir plus clair dans le marché des fertilisants

En agriculture, on dit souvent que les années ne se ressemblent pas. Et bien plusieurs d’entre vous doivent se


L’effet Envita

Le maïs est une culture très exigeante en azote. Avec la hausse du prix des intrants, on cherche à rentabiliser le


Maximisez la productivité et la profitabilité avec inicium LC

SYNERGIE NUTRITIONNELLE ET RÉSISTANCE AUX STRESS INICIUM LC 4-0-5 est un engrais liquide biostimulant unique à