L’importance du soufre en fertilisation

Ce n’est ni la première, ni la dernière fois que vous entendez parler de l’importance du soufre en fertilisation. Ce macroélément essentiel retient davantage l’attention depuis quelques années pour différentes raisons. D’abord, les rendements moyens des cultures ont considérablement augmenté ; de 37% pour le maïs entre la moyenne de 1980 à 1990 et celle de 2010 à 2020, et de 35% pour le soya si l’on compare la moyenne des rendements de 1986 à 1990 et celle de 2016 à 20201. Et parallèlement à cette augmentation de la demande en soufre par des cultures plus performantes, les émissions industrielles ont considérablement diminué sur la même période de 30 ans, résultat de normes antipollution plus sévères. La déposition atmosphérique, qui pouvait fournir de 14 à 18 kg de sulfates/ha en 1990 ne dépasse probablement pas 4 kg/ha en 2020.

Rôles et fonctions du soufre dans la plante :

Le soufre joue un rôle crucial dans la formation de vitamines et d’enzymes liées à la photosynthèse et est nécessaire à la formation de la chlorophylle dans les feuilles. Il est requis pour la composition de certains acides aminés essentiels, constituants des protéines végétales. Il a un impact sur le rendement, mais aussi sur la quantité et la qualité des protéines produites, ainsi que sur la saveur des fruits et légumes.

Lien azote et soufre :

Le cycle du soufre dans le sol est similaire à celui de l’azote. La majorité du soufre se trouve dans la matière organique, et doit être minéralisé avant d’être disponible pour les plantes. Sa disponibilité pour les cultures est donc déterminée par le taux de minéralisation, qui lui-même est grandement influencé par la température et l’humidité. Typiquement, on peut considérer que seulement 1 à 5% du soufre organique sera converti en sulfates au cours d’une saison de culture. Chargés négativement, les ions sulfates sont moins bien retenus sur les colloïdes de sol, et sont sujets au lessivage, particulièrement dans les sols à texture grossière.

Au-delà de ces similitudes dans leurs cycles, l’azote et le soufre sont interreliés. Le soufre est effectivement nécessaire à une absorption et une utilisation optimale de l’azote par la plante, et chez les légumineuses, il favorise la nodulation. Pour maximiser l’efficacité de la fertilisation azotée, on devrait donc toujours s’assurer que l’apport en soufre est suffisant.

Au niveau de la fertilisation minérale, plusieurs produits permettent de fournir du soufre à vos cultures : on vous proposera par exemple d’ajouter du MESZ, du sulfan, du sulfate d’ammonium, du sulfate de potasse ou du KMag dans la formule du démarreur ou pour l'application à la volée. Une autre option est d’apporter également du soufre en mélange avec l’azote appliqué en post-levée, dans le maïs ou le blé. Fractionner l’apport de soufre est une pratique intéressante, d’abord parce que ça permet de le jumeler à l’azote, mais également parce que la courbe de prélèvement par les cultures est très similaire à celle de l’azote, et connaît une hausse marquée à partir du stade V7-V8, avec plus de 50% du soufre qui sera prélevé pendant le remplissage du grain dans le maïs. Dans les champs avec une CEC plus faible, qui contiennent peu de matière organique, qui ne reçoivent aucun fumier ou qui ont une faible teneur en soufre selon l’analyse de sol, il est d’autant plus important de s’assurer de fournir à la culture suffisamment de soufre, disponible tout au long de la saison. L'ajout de thiosulfate d'ammonium en mélange avec la solution azotée pour l'application en post-levée est donc une autre manière intéressante de s'assurer d'un apport suffisant !

 

 

1 Statistique Canada. Tableau 32-10-0359-01 Estimation de la superficie, du rendement, de la production, du prix moyen à la ferme et de la valeur totale à la ferme des principales grandes cultures, en unités métriques et impériales


Nouveau centre de fertilisants à Stanbridge Station : un investissement majeur dans les infrastructures Agrocentre

Stanbridge Station - Janvier 2021 : Le réseau Agrocentre est fier d’appuyer un investissement de plus de 3M$ dans


Des nouveautés pour la gestion de l’azote

L’azote, parce qu'il est très mobile dans le sol, peut se perdre facilement dans l’environnement. Dans une optique


Le bilan minéral, à quoi sert-il et comment l’utiliser

Tel un bilan financier, le bilan minéral s’avère souvent révélateur. Sur une exploitation agricole, il peut être réalisé