Analyses géoréférencées

En grandes cultures, l’analyse de sol est essentielle pour les producteurs. À partir de celle-ci, il sera possible de déterminer la quantité de chaux à appliquer afin d'ajuster le pH pour rendre les nutriments du sol disponibles, et de recommander la quantité de fertilisants à apporter en fonction du rendement visé. L’analyse de sol complète, comprenant les éléments mineurs tels que le zinc, le bore et le manganèse peut aussi indiquer les risques potentiels de carence de certains de ces éléments durant la saison de croissance. Elle est donc un outil indispensable afin d’obtenir des rendements et une rentabilité optimale tout en maintenant l’équilibre de la fertilité des sols.

En regardant l’analyse de sol, nous devrions être en mesure de savoir ce qui est disponible pour les cultures. Or, plusieurs facteurs (le pH et la compaction, entre autres) peuvent faire une différence entre ce que nous voyons sur l’analyse de sol et les éléments qui seront effectivement disponibles pour les plantes. C’est ici que l’analyse foliaire peut venir jouer un rôle important en saison ; c’est elle qui nous indiquera s’il y a une carence ou un débalancement dans notre culture. Cependant, il est important de prendre les analyses foliaires aux stades de référence spécifiques à chaque culture. Il sera alors plus facile de corriger les déficiences de façon ponctuelle à l’aide d’un fertilisant foliaire et/ou d’amender le programme de fertilisation en conséquence pour les saisons futures.

Pour tirer le maximum de ces outils diagnostiques de la richesse du sol, différentes options existent : Un échantillonnage conventionnel géoréférencé permet d'obtenir une analyse composite dont les positions GPS de chaque prélèvement sont archivées en prévision du prochain échantillonnage. Cette méthode d’échantillonnage permet de suivre plus précisément l’évolution de la fertilité du sol, car on élimine un facteur de variation dans la prise de données. L’analyse par zone est une méthode par laquelle le champ est divisé en plusieurs zones distinctes, déterminées à partir des cartes de rendement, du type de sol, de la température du sol au printemps et des cartes de l'indice de végétation (NDVI). Ensuite, chaque zone est considérée comme un champ à part entière et un échantillonnage composite géoréférencé est effectué dans chacune d’elles. Toutes les zones reçoivent ensuite distinctement le chaulage et la fertilisation appropriés. Finalement, l'analyse par grille implique une subdivision du champ selon un quadrillé. Une analyse de sol sera ensuite prise au centre de chaque unité du quadrillé (généralement de 1 hectare). Bien que cette méthode nous permette d’obtenir une idée plus précise de la variation de la fertilité dans la parcelle, elle est en général plus onéreuse compte tenu du nombre élevé d’analyses.

En somme, peu importe la méthode d’échantillonnage géoréférencée retenue, elle est indispensable afin de mieux connaître et gérer nos sols. L’analyse foliaire est quant à elle un bon complément afin d’obtenir une rentabilité optimale, et elle vient compléter le portrait puisqu'en géoréférençant les points de prélèvement, il devient facile de superposer les résultats foliaires aux analyses de sol prises aux mêmes endroits. 

 

 


Fertilisants : liquides ou granulaires ?

Avec les défis printaniers rencontrés au cours des dernières années, beaucoup d’agriculteurs en quête d’améliorer leur


Ajouter du soufre dans la solution azotée

On parle de plus en plus de l’ajout de soufre dans la fertilisation du maïs-grain au Québec. La raison est simple :


Fourragères : Ne négligeons pas la fertilisation !

De plus en plus de producteurs agricoles optimisent la fertilisation en azote et en potassium dans le maïs-grain