Les alternatives au chlorpyriphos dans les crucifères

Depuis maintenant deux ans, des modifications ont été apportées à la réglementation sur les pesticides afin de réduire l’utilisation de ceux qui sont plus nocifs pour la santé et l’environnement. Le chlorpyrifos, qui est très utilisé dans les crucifères, en fait partie. Une justification agronomique est maintenant requise pour l'application de cette matière active, et une prescription pour autoriser la vente. Ces deux documents doivent être signés par un agronome.

Selon les situations, le chlorpyrifos demeure parfois le meilleur choix, car il est difficile de le remplacer par un autre produit. Par contre, il est important de travailler à trouver des alternatives efficaces afin de réduire son utilisation. Il existe des produits dont le mode de fonctionnement est différent de celui du chlorpyrifos mais qui sont tout aussi efficaces. Il faudra graduellement adapter la régie des champs et apprendre à travailler avec ces produits. Des essais ont été mis en place au cours de la saison 2019 dans les cultures pour lesquelles le chlorpyrifos est très utilisé. Dans les cultures de choux par exemple, le Verimark et le Success sont deux insecticides qui ont une efficacité d’environ 4 à 5 semaines contre la mouche du chou en début de saison. Le Verimark est mis dans l’eau de transplantation tandis que le Success est appliqué sur les plants dans les cabarets quelques jours avant la transplantation. L’application de ces 2 produits est simple et les facteurs nécessaires à une bonne absorption sont davantage contrôlés qu’en plein champ. Le produit se retrouve dans les mottes des transplants pour une efficacité optimale, tandis que lors de l’application du chlorpyrifos au champ, de fortes pluies ou un sol trop sec peuvent diminuer son efficacité. De plus, un suivi rigoureux des champs doit être fait afin de s’assurer de traiter au bon moment.

Le Verimark et le Success sont plus dispendieux que le chlorpyrifos mais touchent plusieurs ravageurs. Le Success, lorsqu’appliqué en foliaire, permet de contrôler également les chenilles défoliatrices. Selon nos observations, le traitement fait sur les transplants en cabarets a également une certaine efficacité contre les chenilles en début de saison. Le Verimark, quant à lui, est homologué contre les chenilles défoliatrices, les altises et la cécidomyie du chou-fleur.

Généralement, le chlorpyrifos est aussi très utilisé dans la culture du rutabaga pour protéger les racines des larves de la mouche du chou. Appliqué sous forme granulaire lors du semis,il est facile d’utilisation. Une alternative qui pourrait être intéressante dans le rutabaga est l’utilisation du Verimark au sillon lors du semis. Cela permettrait d’avoir une très bonne efficacité en début de saison, de réduire le nombre de traitements au chlorpyrifos et de sauver au moins un passage au champ. De plus, le produit agit sur les altises. Malheureusement, la majorité des semoirs ne sont pas adaptés pour appliquer un produit sous forme liquide et c’est un facteur très limitant pour les producteurs.

Finalement, le traitement des semences avec l’insecticide Sepresto 75WS est également une bonne alternative au chlorpyrifos. Cet insecticide ne nécessite pas de prescription et est appliqué sur les semences des crucifères mais peut également être appliqué sur les semences d’oignons. L’efficacité contre les larves de la mouche du chou et de la mouche des semis est d’environ 3 à 4 semaines.

En conclusion plusieurs alternatives au chlorpyrifos existent et ces produits ont l’avantage d’être moins à risque pour la santé et l’environnement. De plus, ils ont une belle fenêtre d’efficacité. Si vous êtes intéressés à faire des essais, le Réseau Agrocentre est là pour vous accompagner que ce soit au niveau du dépistage, des recommandations ou du suivi des essais. Il suffit de communiquer avec votre conseiller afin de discuter de vos besoins.

Toujours se référer aux étiquettes de produits de protection des cultures pour une utilisation raisonnée. Elles incluent des directives d’emplois et des mesures de protection pour l’utilisateur et l’environnement.


Apprentissages chez nos voisins du Sud

Il y a quelques semaines, des conseillers horticoles du réseau Agrocentre se sont rendus en Floride pour visiter


Essais dans le maïs sucré

Comme vous le savez probablement, depuis l'automne 2018, les néonicotinoïdes de la classe 3A, soit ceux qui


Modifications des étiquettes, ce qu’il faut savoir

Les pesticides ont amplement fait les manchettes au Québec, dans la dernière année. Plusieurs matières actives sont