Une question de perspective ?

Le dernier trimestre de 2021 se sera conclu sur une note optimiste pour les prix des grains au Québec. Si rien ne change d’ici à ce que vous lisiez ces lignes, tout indique que nous débuterons 2022 avec un prix moyen à la ferme gravitant autour de 300 $/tonne pour le maïs, et 580 $/tonne pour le soya. Mais comment fluctueront-ils dans les prochains mois ?

D’entrée de jeu, si les prix sont à un tel niveau, c’est que plusieurs éléments les ont fait passablement grimper dans la dernière année. En tête de liste, du côté des marchés boursiers, on doit retenir :

1. Une forte demande de la Chine pour les grains qui a pris son envol quelques mois après l’accord commercial avec les États-Unis, à partir de l’été 2020.

2. Un recul brusque et considérable des stocks et de la disponibilité des grains aux États-Unis, qui sont à leur plus bas depuis près de 10 ans.

3. Des préoccupations météo pratiquement tout au long de la saison 2021, spécialement dans le nord du Midwest américain.

À ceux-ci s’ajoutent une bonne dose de nervosité, de la spéculation sur les marchés financiers, la COVID-19, et maintenant, une touche d’inflation. 

Ci-joint, un graphique qui permettent de prendre du recul. Ils présentent le nombre de jours de réserve pour le maïs et le soya aux États-Unis depuis une vingtaine d’années. Principalement,plus le nombre de jours est élevé, plus il y a du grain disponible. Ces graphiques sont intéressants, et importants : ils illustrent spécialement bien le choc qu'a provoqué la demande (chinoise), entre autres aux États-Unis, au cours des deux dernières années. Ceci justifie tout à fait la forte hausse des prix. Par contre, pour cette année, on s’attend à une plus grande disponibilité des grains américains surtout pour le soya.

En principe, une telle disponibilité ne justifie pas les niveaux actuels des prix. Mais alors, pourquoi demeurent-ils élevés ?

Essentiellement, parce que nous sommes encore dans l’incertitude, par rapport à la demande et à l’abondance des récoltes 2022, et que les réserves de grains commencent tout juste à augmenter. Deux scénarios se présentent donc à nous. Le premier se réaliserait si la demande continue de se raffermir pour les grains, et que des problèmes météo surviennent. Nous pourrions alors avoir d’autres belles surprises au niveau des prix. Mais, à l’opposé, si la demande plafonne ou même recule, et que les conditions météo sont favorables, le risque sera bien réel de voir les prix au Québec plafonner, sinon même reculer, comme c’est d’ailleurs arrivé en 2012 et 2013.

Alors, devez-vous vendre ou attendre ? La question est de déterminer si vous voulez spéculer, ou plutôt assurer vos arrières avec des prix qui devraient normalement déjà vous garantir des profits…


Un temps de réflexion

Avant de faire des achats, plusieurs consommateurs regardent les circulaires ; pour planifier quoi et où acheter en


Découvrez le Programme de cultures

Le Programme de cultures d'AgConnexion, pour vous aider à planifier votre prochaine saison ! L'outil, une


Les résolutions du Nouvel An

Les résolutions sont un rite du Nouvel An qui remonte à l’Antiquité. Les paysans Babyloniens faisaient voeu de redonner