Se diversifier et se renouveler

Depuis ses débuts en agriculture, Benoit Hervieux a eu un parcours assez mouvementé. En 1994, il débute la culture du maïs sucré, puis quelques années plus tard, la production bovine et les grandes cultures. Mais le contexte économique difficile de 2004-2005, avec la crise de la vache folle, et la conversion de plusieurs hectares historiquement dédiés à la culture du tabac vers la production de maïs sucré, l’oblige à tout abandonner, lui qui n’exploite que des terres en location. Il est ensuite engagé comme directeur des ventes à la ferme Duroseau inc. pour y mettre en place un système de mise en marché des légumes produits sur la ferme. Il y travaille jusqu’en 2016, année durant laquelle son employeur décide de prendre une préretraite et diminue de beaucoup la production. Mais ce n’est pas une surprise, et Benoit, qui s’y prépare depuis l’achat d’une première terre en 2009, en achète une deuxième en 2017 et repart à son compte, sous le nom de ferme Benjo 2012 inc. À l’automne 2019, il achète une autre terre et en juin 2020, implique un nouvel actionnaire dans l’entreprise.

L’été dernier, il a cultivé environ 180 ha de panais, betteraves, rutabagas, maïs sucré et choux. Sur la ferme, les associés conditionnent et emballent, et s’occupent de la mise en marché de leurs produits et de ceux d’autres producteurs. Benoit a retenu des leçons de sa première expérience et s’est diversifié davantage cette fois-ci, question d’être mieux outillé pour faire face aux hauts et aux bas du marché.

Sur ses terres, il applique différentes techniques empruntées à la production biologique : engrais verts, cultures intercalaires, travail mécanique. Tous ses tracteurs sont équipés de GPS et il applique les pesticides en bandes lorsque c'est possible, ce qui réduit les quantités utilisées et aide à préserver la santé des sols.

Au niveau technologique, il essaie d’être à la fine pointe. Sur la ferme, un système de guidage qui synchronise le déplacement de la récolteuse avec celui du tracteur qui tire les boîtes est d'ailleurs utilisé. Résultat : moins de fatigue chez les opérateurs, moins de légumes endommagés et une grande économie de carburant !

Ferme Benjo 2012 inc. c’est une belle histoire de résilience, d’audace, de capacité d’adaptation et de vision… Après tout, l’innovation, c’est aussi de savoir rebondir, de développer de nouvelles connaissances et compétences, d’aller vers l’avant en se servant des expériences passées pour améliorer le futur !


L’innovation sous toutes ses formes

L’an dernier, nous avions choisi de souligner l’importance de la relève en agriculture dans notre édition de janvier.


Du champ à l’étable

Ferme Bertrand Rochat inc. - Laurent Rochat - Saint-Césaire


L’innovation de père en fils

Chez les Gauthier, l’innovation est une façon d’être ; on dirait presque qu’elle fait partie de leur code génétique. Ça


Réinventer la mise en marché de proximité

Sur la ferme Gérard Beauchemin, l’innovation a un nom : Domaine Vinéterra. Ce domaine, c’est le projet d’Isabelle


Conservation et durabilité

Détenteur d’un bac en agroéconomie de l’université Laval, Louis-Éric Trépanier représente la 4e génération à s’impliquer