L’irrigation, choisir le bon système

Selon les années, les producteurs agricoles composent avec de multiples défis, dont les aléas de la météo. Comme vous avez dû le constater, les deux dernières saisons estivales ont été marquées par des épisodes de sécheresse modérée à anormale, qui ont affecté plusieurs régions du Québec.

En production végétale, l’eau est importante dès le semis pour obtenir une levée uniforme et jusqu'à la récolte pour assurer une bonne croissance de la culture. Par exemple, le printemps dernier a été particulièrement sec et certains producteurs ont dû reprendre leurs semis, car les semences germées ont séché dans le sol, faute d’humidité. Sans eau, la qualité et l’abondance des récoltes sont affectées. Le manque d'eau en début de saison, phénomène qui pourrait se produire de plus en plus fréquemment, peut également affecté l'efficacité du désherbage. En effet, sur l’étiquette de certains herbicides, il est mentionné d’appliquer le produit avant une pluie pour faciliter son incorporation et son activation. La plupart des produits appliqués au sol ont besoin d'une certaine humidité pour atteindre les semences de mauvaises herbes et empêcher leur germination.

Comme solution pour contrer le manque de précipitations, les producteurs qui ont accès à un site de prélèvement d’eau pourraient choisir d'avoir recours à un système d’irrigation. Avant d’utiliser l’eau d’un site de prélèvement existant ou de l’extraire d’un nouveau site, il est important de prendre connaissance de la règlementation sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP), disponible sur le site du Ministère de l'environnement. En outre, une entreprise ou une personne qui extrait plus de 75 mètres cubes d’eau par jour a besoin d’une autorisation de prélèvement. Le site internet du MAPAQ contient des informations utiles sur la réglementation, mais aussi sur l’aide financière disponible via le programme Prime-Vert pour l'acquisition d'équipements de gestion optimale de l’eau d’irrigation. 

Lorsque l'idée d’acquérir un système d’irrigation se concrétise, il est conseillé de s’informer auprès des fournisseurs, afin de choisir celui qui répondra le mieux à vos besoins. Sur le marché, il existe plusieurs types de systèmes d’irrigation.

Le système goutte-à-goutte est constitué de plusieurs tuyaux goutteurs situés sur les rangs en culture, qui sont reliés à des conduites secondaires installées perpendiculairement aux rangs. Les conduites secondaires sont reliées à une conduite principale qui fournit l’eau du site de prélèvement. Un système de filtration est nécessaire pour éviter l'obstruction des goutteurs par les sédiments ou les matières organiques que l'eau pourrait contenir. De plus, une pompe, un indicateur de débit et un régulateur de pression sont aussi requis pour son fonctionnement. Ce système d'irrigation utilise l’eau efficacement car il y a peu de perte par évaporation, et la distribution est uniforme. Il permet un arrosage fréquent avec un volume d’eau faible, apporté directement dans la zone racinaire de la culture. Le feuillage reste donc sec, ce qui permet de réduire les risques de maladies foliaires. De plus, I'ajout d'un injecteur d’engrais est possible, afin d’utiliser aussi le système pour la fertigation. C’est peu énergivore car le système fonctionne à basse pression, et après l’installation, il nécessite peu de main-d’œuvre. La longévité est par contre de courte durée et il est important de surveiller régulièrement les connexions afin d’éviter les fuites. Il n’est pas possible d’exploiter le goutte-à-goutte contre le gel et l'eau utilisée doit être de bonne qualité. Ce système est souvent employé pour les cultures maraîchères et fruitières. 

Le système d’irrigation avec un enrouleur peut être utilisé avec un canon d’aspersion ou avec une rampe d’aspersion à basse pression. Il est facile à déplacer avec un tracteur, nécessite peu de main-d’œuvre et peu de surveillance lorsqu’il est en marche. La rampe utilise moins de pression, donc moins d’énergie que le canon. Il y a moins de risque de perte par évaporation avec la rampe d’irrigation, et l'uniformité d'application est également meilleure qu'avec le canon, surtout lorsqu'il vente. Cependant, l’enrouleur avec une rampe est plus dispendieux. La durée de vie de l’équipement est longue. Ce système est bien adapté pour les grands champs rectangulaires.

Le système avec rampe automotrice ou avec pivot est utilisé pour les grands champs de cultures qui ont besoin d’irrigation durant toute la saison. C'est un système qui fonctionne à basse pression, ce qui diminue le coût d’énergie, et qui requiert peu de main-d’œuvre. L’uniformité de l’irrigation sera bonne selon le modèle choisi et l’ajustement des composantes techniques du système. Selon la qualité de l’eau, il est parfois nécessaire de la filtrer afin d’éviter d’obstruer les têtes d’aspersion.

Finalement, l’irrigation avec les tuyaux portatifs rigides consiste à installer des tuyaux d’aluminium auxquels sont connectés des canons, puis d’actionner la pompe à l’aide d’un tracteur. C’est simple à installer, à déplacer et à modifier selon la configuration du champ. C'est un système souvent utilisé en production maraîchère, qui permet d’irriguer des petites ou grandes surfaces. Il a une longue durée de vie et ne nécessite pas d’avoir une grande qualité d’eau. Il peut aussi servir pour protéger la culture contre le gel. Par contre, un des inconvénients est le besoin de main-d’œuvre pour l’installation et le déplacement de l'équipement. L’uniformité de l’irrigation peut également être affectée par le vent et une grande quantité d’eau est nécessaire. Étant donné qu’il faut une forte pression pour transporter l’eau dans le système, le coût d’énergie est élevé.

Choisir le système qui répond le mieux à vos besoins n'est que la première étape. Il est important ensuite d'apprendre à l'opérer adéquatement : déterminer le moment opportun pour irriguer, la quantité d’eau optimale nécessaire à la culture et la fréquence d'application par exemple. Le type de sol influence la planification d’irrigation, un sol sableux retenant moins l’eau qu’un sol argileux. La profondeur des racines de la culture est aussi un facteur à considérer afin de fournir la bonne quantité d’eau pour permettre d'une part leur bon développement, et pour s'assurer que l'eau apportée soit suffisante pour atteindre la zone racinaire. Une bonne gestion de l’eau, peu importe le système d’irrigation choisi, est nécessaire afin de préserver cette ressource. Les dernières saisons l'ont démontré, l'eau est précieuse ! Ce sera un défi de taille dans les prochaines années d'optimiser son utilisation, par différents moyens.


Le Stockosorb 660

« Changements climatiques » : ces mots résonnent dans nos têtes depuis des dizaines d'années, mais plus récemment,


Mise à jour des dernières réévaluations

Au Canada, c'est à l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) d'évaluer et


Les cultures de couverture en production maraîchère

Dans cet article, il sera question de cultures de couverture en production maraîchère. Nous allons discuter du choix