Mieux gérer le stress pour mieux gérer votre entreprise.

Comment le stress peut-il amener des leaders intelligents à prendre de très mauvaises décisions ? 

Une des compétences clés de l’intelligence émotionnelle est la gestion du stress. Lorsque l’individu n’arrive plus à gérer son stress d’une façon adéquate, les fonctions cognitives ou supérieures du cerveau, le QI, en sont grandement affectées. Les recherches démontrent clairement qu’en situation intense de stress, ou de stress chronique, nous n’avons plus ou très peu accès à nos facultés intellectuelles. En fait, le stress paralyse les fonctions supérieures intellectuelles, celles qui nous permettent d’être logique, d’analyser des faits, de planifier, de trouver des solutions, d’intégrer des informations , de prendre des décisions et d’évaluer l’impact de celles-ci. Bref toutes ces fonctions qui sont essentielles à gérer l’entreprise et notre vie personnelle.

L’incapacité à gérer ses émotions a donc un impact déterminant sur la gestion des priorités, la prise de décisions et ultimement sur les performances de l’entreprise.

De façon concrète les recherches démontrent qu’en état de stress important, nous pouvons observer les comportements suivants : 

  • Incapacité d’écoute
  • Diminution de la compréhension
  • Analyse à outrance, incapacité à prendre des décisions ou au contraire à les prendre de façon très impulsive
  • Échec dans la prise de décisions ou faible qualité de celles-ci
  • Décisions trop émotionnelles (basées sur l’anxiété, la peur, la colère, la culpabilité, l’envie, la honte ou l’euphorie)
  • Vision à court terme
  • Réactions défensives
  • Recherche d’échappatoire et/ou compulsion : drogues, sexe, alcool, jeux
  • Agressivité
  • Ralentissement de la pensée, difficultés de concentration

Trop c’est comme pas assez. Un peu de stress favorise la prise de décision : les systèmes cérébraux de l’attention sont stimulés permettant ainsi de mieux saisir les détails d’une situation, de se mobiliser, d’être alerte. Toutefois, le stress chronique ou aigu peut au contraire s’avérer dévastateur et entrainer des conséquences majeures, voire fatales. Un stress intense pourrait même diminuer la lucidité d’un individu et ses habiletés décisionnelles pendant plusieurs jours.

 

Histoire de cas

Prenons l’exemple de Jean. Celui-ci a élaboré un plan de match avec son conseiller en grandes cultures en fonction de ses objectifs et de son contexte. Selon le plan, des conditions optimales pour semer sont identifiées. Toutefois, au printemps, Jean observe que ses voisins entrent beaucoup plus tôt au champ cette année. Il fait beau. Jean panique, doute, l’anxiété monte et il se dit « ils doivent avoir raison, c’est moi qui suis dans l’erreur ». Jean décide donc de débuter beaucoup plus tôt que prévu ses semis, même si son plan impliquait d’attendre des conditions de sol qui n’y sont pas encore. Les conséquences ? Les semences prennent beaucoup de temps à germer, la levée est lente et inégale, ce qui affectera à coup sûr son rendement.

Marc, lui, souffre d’anxiété chronique et contrairement à Jean, il a une forte tendance à procrastiner. Le stress le paralyse et il n’arrive pas à prendre des décisions : il hésite, il reporte, il prend des décisions de dernière minute, il ne prépare pas sa machinerie. Donc il est en retard, ne profite pas des rabais, paye en plus des intérêts sur les factures, fait face à des ruptures de stock, et n’est pas prêt à entrer dans le champ au moment optimal. Résultats : les rendements sont aussi affectés en plus des coûts plus élevés, sans parler des nuits d’insomnie et de la culpabilité qui le ronge. « J’aurais donc dû.. »

 

Quel est votre style décisionnel ?
 

  • Voici six styles décisionnels. L’individu utilise souvent un ou deux styles plus fréquemment.
  • Le style logique : vous analysez les pour et les contres de façon rationnelle et évaluez les options et les conséquences en mettant vos émotions de côté.
  • Le style inconsidéré : vous prenez votre décision de façon impulsive, sans perdre de temps, sans examiner les conséquences.
  • Le style hésitant : vous remettez souvent à plus tard votre décision parce que vous doutez fréquemment ; vous êtes très prudent.
  • Le style émotif : votre décision est basée principalement sur des sentiments, des préférences, des coups de cœur ou sur l’émotion du moment. Le cœur plutôt que la raison.
  • Le style accommodant : vous prenez votre décision de façon à répondre aux attentes des autres, ou à ce qu’ils vous disent de faire.
  • Le style intuitif : vous prenez votre décision en considérant votre « petite voix intérieure » plutôt que des facteurs externes. Vous attendez que cette voix vous indique le bon chemin.

Chaque style peut être opportun ou mal adapté selon le contexte. Par exemple, le style émotif pour choisir votre plat au resto est probablement adapté, mais peut vous coûter cher pour la planification de votre avenir, le moment des semis ou l’achat d’un tracteur.

Chaque style devrait s’ajuster aux différents contextes, selon ses avantages, ses inconvénients et les conséquences des choix. Un gestionnaire efficace saura choisir des styles différents selon les situations.

Donc l’investissement dans votre capacité à mieux gérer votre stress est capital, non seulement pour votre entreprise mais aussi pour votre qualité de vie. Gérer son stress est une compétence émotionnelle qui se développe. C’est un processus et non une destination. Il faut le voir comme un coffre à outils à assembler.

  • Reconnaissez l’importance que le stress a dans votre vie ;
  • Identifiez les différentes émotions négatives qui se transforment en stress : culpabilité, honte, colère, peur ;
  • Comparez les coûts du stress versus les bénéfices à développer des stratégies ;
  • Reconnaissez vos symptômes (physiques, psychologiques, comportementaux…) ;
  • Identifiez vos stratégies et habitudes en réaction au stress ;
  • Investissez dans vos relations ;
  • Donnez-vous des moments chaque jour, afin de mieux planifier et d’examiner vos options ;
  • Utilisez différents outils pour vous aider : lecture, formation, coaching, exercice ; 
  • Décidez d’investir pour développer vos compétences en gestion du stress : ceci demande du temps, de l’énergie et de l’argent. Toutefois, le stress mal géré coûte également du temps, de l’énergie et souvent beaucoup d’argent.

Des trucs pour un meilleur contrôle du chénopode blanc

L’année 2021 aura été une année de défis au niveau du contrôle des mauvaises herbes, surtout pour le chénopode blanc ! La


Les maladies du soya

Des symptômes tels que le jaunissement du feuillage, un retard de croissance, des tissus nécrosés, le dessèchement des


Gestion sécuritaire des pesticides, un exemple inspirant

En 2020, Les Fermes Rolland & Sylvain Pion inc. ont investi dans un entrepôt de pesticides chauffé et ventilé,