Des trucs pour un meilleur contrôle du chénopode blanc

L’année 2021 aura été une année de défis au niveau du contrôle des mauvaises herbes, surtout pour le chénopode blanc ! La sécheresse et les canicules ont eu un impact négatif sur le contrôle de cette mauvaise herbe, autant dans les cultures conventionnelles que dans celles génétiquement modifiées, traitées avec des herbicides à base de glyphosate. Dans ces conditions extrêmes, le chénopode se met en mode survie et sa cuticule s’épaissit, ce qui diminue l’absorption des herbicides. 

Voici 7 astuces pour vous aider à mieux contrôler le chénopode blanc en 2022 :

1-S’assurer de la qualité de l’eau utilisée. L’ajout de sulfate d'ammonium, comme le Crimson NG, aide à neutraliser les cations dans l’eau dure et optimise l’efficacité de l’herbicide.

2-Choisir le bon adjuvant en fonction de la température et de la taille du chénopode. Si les températures sont élevées avec une humidité relative basse, prioriser une huile plutôt qu’un surfactant non ionique.

3-Lors des canicules, prioriser une pulvérisation tôt le matin plutôt qu’en fin de journée, où les plantes sont en stress élevé. Il faut aussi éviter de traiter de nuit, puisque les feuilles se redressent en l'absence de lumière, offrant beaucoup moins de surface de contact.

4-Utiliser de bonnes buses et ajouter un anti dérive comme l'Interlock, pour uniformiser la taille des gouttelettes et réduire l’évaporation de celles-ci. Plus il y a d’évaporation, moins il reste de produit pour contrôler la mauvaise herbe.

5-Réduire la vitesse d’avancement du pulvérisateur. En condition de sécheresse, un passage trop rapide du pulvérisateur soulève de la poussière qui peut nuire au bon contact du produit avec la plante, en particulier vis-à-vis des pneus. De plus, la poussière peut boucher les buses, surtout lorsque le volume d’eau appliqué est petit, comme c’est le cas avec certains produits.

6-Respecter l’ordre de mélange des produits (par exemple : toujours mettre l’agent conditionneur d’eau en premier et le glyphosate en dernier) et s’assurer de la compatibilité de ceux-ci.

7-Prioriser les herbicides de prélevée, car même s’ils ne contrôlent pas toujours les mauvaises herbes à 100%, ils en réduisent la pression et la présence en post-levée.


Mieux gérer le stress pour mieux gérer votre entreprise.

Comment le stress peut-il amener des leaders intelligents à prendre de très mauvaises décisions ? Une des


Les maladies du soya

Des symptômes tels que le jaunissement du feuillage, un retard de croissance, des tissus nécrosés, le dessèchement des


Gestion sécuritaire des pesticides, un exemple inspirant

En 2020, Les Fermes Rolland & Sylvain Pion inc. ont investi dans un entrepôt de pesticides chauffé et ventilé,