En avril, ne te découvre pas d’un fil

Derniers miles avant le début de la saison. Comme c’est souvent le cas, plusieurs producteurs cherchent à réaliser quelques dernières ventes de grains avant d’amorcer les semis. Pour certains, c’est une question de liquidité, pour d’autres, c’est plutôt pour enfin finir de vider les silos. Dans tous les cas, le mois d’avril n’est pas toujours la meilleure période pour vendre. 

Pourquoi ? Parce que tout comme à la récolte, au printemps cette offre de grain fait généralement baisser les prix. Il y a trop de producteurs qui ont pris cette habitude en avril de « donner un dernier coup » tout juste avant les semis. Bien que ce ne soit pas toujours le cas, par exemple l’an dernier, on constate ainsi souvent un recul des prix en avril.

Évidemment cette année, avec la récolte exceptionnelle de 2015, il y a fort à parier que les prix seront moins intéressants ce mois-ci. Que peut-on faire pour contourner ce problème ?

Comme c’est le cas depuis plusieurs mois, on peut tout d’abord fermer uniquement une base plutôt que tout son prix. Bien qu’il soit vrai que la base elle-même peut s’avérer moins intéressante en avril, la tendance saisonnière à Chicago propose souvent des sommets au printemps, en mai et juin. Il y a donc encore une combinaison intéressante à aller chercher.

On peut aussi essayer de mieux planifier sa période des semis pour permettre de livrer du grain. C’est souvent dans le feu de l’action des ensemencements que des opportunités de vendre à meilleur prix se présentent, parce qu’une majorité de producteurs est trop occupée à semer pour répondre aux besoins ponctuels de certains acheteurs. Alors, pourquoi ne pas le prévoir ?

Enfin, il faut garder l’habitude de nous contacter régulièrement pour rester au fait des marchés, même pendant les semis.

Après tout, l’objectif de semer rapidement, dans les meilleures conditions, avec les meilleurs outils n’est-il pas réalisé pour obtenir de bons rendements, une bonne récolte, mais aussi de bons prix ? 


Les sept commandements pour réussir votre maïs

Dans le but de demeurer un chef de file en grandes cultures au Québec et par souci de se tenir à l’affût des nouvelles


Le soufre, un élément à considérer

Les dépôts de soufre « naturels » provenant de la pollution sont de moins en moins grands. C’est pourquoi nous observons


Tout le monde le sait, personne le fait

Le mois de février est riche en conférences et formations de toutes sortes. C’est le temps de l’année pour se mettre à